1918: année d’une paix de compromis ou guerre absolue ? 2/2

Brest-Litovsk : Une paix des peuples ou une paix impérialiste ?

Au début de l’année 1918, Lenine a impérativement besoin d’aboutir rapidement à une cessation des hostilités afin de pouvoir contenir les forces qui encerclent et  menacent le jeune régime bolchevique : armées contre-révolutionnaires, révoltes paysannes,  mouvements de sécession…. Un armistice est donc signé le 15 décembre 1917 avec les Puissances Centrales qui stoppe temporairement les opérations militaires sur le front Est.

Arrivée des diplomates soviétiques à la gare de Brest-Litovsk le 22 décembre 1917.

Continue reading « 1918: année d’une paix de compromis ou guerre absolue ? 2/2 »

1918: Paix de compromis ou guerre absolue ? 1/2


Soldats allemands sur le front de Verdun en 1916.

Au début de l’année 1918, chaque pays des deux camps cherche à sortir du mieux possible d’une guerre apparemment sans fin. Depuis les révolutions russes, on sait que l’enlisement de la guerre, les privations et les pertes humaines, en accroissant le mécontentement populaire, risquent de saper la légitimité et la stabilité des régimes politiques. Voire dans certains cas, de remettre en cause l’existence même de certains états.

Continue reading « 1918: Paix de compromis ou guerre absolue ? 1/2 »

1917 : Enlisement et Révolutions 2/2

Article précédent :  1917 : Enlisement et Révolutions 1/2

Les indices [xx] permettent d’accéder à des informations supplémentaires sur certains points en passant la souris dessus.

Le désastre de Caporetto : l’Italie au bord de l’effondrement.

Au déclenchement de la première guerre mondiale, l’Italie est demeurée neutre mais rapidement la classe politique et l’opinion publique se sont divisés en deux camps entre ceux favorables à la non-intervention et ceux voulant la guerre contre l’Autriche-Hongrie aux côtés de l’Entente. Pour une partie croissante de la population, chauffée à blanc par les nationalistes (parmi lesquels un jeune journaliste charismatique et ancien socialiste nommé Benito Mussolini), la guerre doit souder le peuple italien mais aussi achever l’unité italienne en annexant les terres irrédentes [I]L’irrédentisme est un mouvement politique italien qui a pris de l’ampleur à la fin du XIXe siècle et qui vise à achever l’unité italienne en militant pour l’annexion des territoires italophones principalement détenus par l’Empire Austro-hongrois à savoir : les villes de Trente, Trieste, et de Fiume, ainsi que les régions d’Istrie et de Dalmatie contrôlées par l’Autriche-Hongrie. En 1915, après de longs mois, les négociations entre gouvernements anglais, français et italiens aboutissent à un traité secret. En échange de son entrée en guerre, la France et l’Angleterre reconnaissent les revendications italiennes sur les villes de Trente, Trieste, Fiume ainsi que sur  la Dalmatie. Dès lors les armée italienne et autrichienne s’affrontent tout le long des Alpes sur l’un des fronts les plus difficiles de la guerre : relief montagneux, froid et neige s’ajoutent aux duretés habituelles de la guerre moderne. Des conditions aggravées par les doctrines archaïques des généraux italiens (et notamment du général en chef Luigi Cadorna) qui multiplient les assauts frontaux contre les lignes fortifiées autrichiennes et imposent à leurs soldats une discipline de fer.

Troupes alpines autrichiennes dans les Alpes en juin 1915.

Continue reading « 1917 : Enlisement et Révolutions 2/2 »